IMG_9515

Test d’un “livre-photo” astro chez Saal Digital

J'ai eu l'occasion de tester la réalisation d'un livre-photo chez Saal-Digital, et j'en ai évidemment consacré celui-ci à mes photos du ciel. Le résultat est-il à la hauteur des mes attentes ? Verdict.

Pour ceux qui pratiquent la photographie de manière assez assidue, vous avez probablement vu comme moi ces dernières semaines quelques publicités habillement ciblées sur les réseaux sociaux, à l’initiative de la société Saal Digital France, vous invitant à découvrir leur gamme de produits (livres photos, posters, tirages grands formats…) avec des offres spéciales plutôt alléchantes.

Pour ma part, je dois avouer que je ne suis pas particulièrement habitué à faire des tirages papier de mes photos : après 6 ans d’activité et presque 200 images, je n’en ai pas imprimé une seule ! 🙂 Je l’ai envisagé à plusieurs reprises, mais j’ai toujours remis à plus tard les différents problèmes à prendre en compte pour obtenir un résultat qualitatif (épreuvage écran, gestion des profils ICC, etc.).

Il m’a donc semblé que ces offres étaient un bon moyen de tenter l’expérience à peu de frais, y compris en cas de résultat qui ne me satisferait pas en terme de qualité et de fidélité de reproduction.

Comme vous l’avez peut-être remarqué si vous consultez régulièrement ce site, je porte une attention particulière au traitement de chacune de mes images et n’hésite pas à consacrer plusieurs heures sur des petits détails et d’autres réglages fins en terme de luminosité, de contraste et de couleurs.

Inutile de dire que j’attends donc d’un tirage photo une qualité en adéquation avec le temps passé au traitement ! Et en astrophoto, souvent davantage qu’en photo classique, les petits détails peuvent ruiner une belle image : niveau des noirs, saturation des couleurs, contraste…

Dans la mesure où je n’avais encore jamais effectué de tirage de mes images, je me suis décidé pour un livre-photo en grand format (40 x 30 cm) dans la gamme “Professional Line” ; tant pour tester la qualité d’impression sur un format conséquent que pour disposer d’un bel album en cas de résultat satisfaisant : plus convivial pour présenter ses images aux amis en visite que d’allumer l’ordinateur et parcourir une galerie !

Sur cette gamme de produits, j’ai bénéficié d’un bon-cadeau de 100€. En choisissant habillement un livre-photo dans un format plus réduit et/ou un certain nombre de page, je signale qu’il est tout à fait possible de commander un exemplaire qui ne dépasse pas ce montant et ainsi de réaliser un “essai gratuit”. L’offre est donc objectivement très intéressante car elle n’implique pas une réduction sur une commande nécessairement plus élevée. Pour ma part, j’ai décidé de me faire plaisir et de retenir le format le plus large, tout en sélectionnant mes images sans me soucier du nombre de pages final ; quitte à rajouter un peu de ma poche…

Par souci de transparence, je signale que cette offre était conditionnée à la publication, après réception du produit, d’un “test produit ou d’un post sur les réseaux sociaux“. Attention cependant : aucune obligation de ne dire que du bien ou de faire la publicité de ces produits. Saal a insisté sur le fait que cet avis devrait être le plus sincère possible, en relevant le cas échéant les défauts du produit reçu ; dans le cas contraire je ne me serais pas prêté au jeu ! Cet article n’est donc en aucun cas publicitaire, promotionnel ou sponsorisé : j’aurais pu me contenter d’un post rapide sur Facebook pour remplir ma part du marché (très fair à mon sens), mais je pense plus utile de vous présenter de manière assez complète et objective mon avis sur le produit.

Le travail préalable sur les images

Avant toute chose, je vous recommande vivement d’optimiser vos photos en vue de l’impression. Sur ce point, je tiens à signaler que les informations et les outils fournis sur le site de Saal sont très détaillés et exhaustifs, et permettent de mettre toutes les chances de son côté pour un tirage satisfaisant :

  • Une page dédiée permet de connaitre précisément, pour chaque produit et en fonction des options retenues : les dimensions en pixels ou cm de chaque page, la résolution en dpi, les zones de coupe ou de reliure, etc., et ce, tant pour les pages de couverture que les pages intérieures.
  • Une autre page permet de télécharger l’ensemble des profils ICC utilisés lors de l’impression, ainsi que les différentes options à activer lors de l’épreuvage écran. Dans mon cas, j’ai choisi une couverture en verre acrylique et du papier photo brillant ; j’ai donc téléchargé les profils ICC correspondants.

On regrettera seulement que l’ensemble des infos ne soient pas centralisées sur une page unique avec des liens rapides vers les différentes pages dédiées aux différents points techniques, ou encore un manque de liens rapides entre ces pages. Cela impose à l’utilisateur d’aller vérifier dans chaque rubrique qu’il n’a pas oublié un point important, avec le risque de passer à côté de quelque chose pour l’utilisateur qui ne serait pas allé fouiller partout. Le site propose cependant de nombreux tutos vidéos pour utiliser au mieux les outils, ce qui est un point positif.

Etape suivante : l’épreuvage écran. Réalisable avec Photoshop ou Lightroom, le but de cette étape est d’avoir un rendu le plus fidèle possible à ce qui sera imprimé au final, en fonction du type de papier sélectionné notamment. Pour ce faire, il est évidemment indispensable de disposer d’un écran calibré (perso, j’utilise une sonde de calibration) et d’avoir une chaîne de travail homogène dans un profil ICC standard (par exemple en sRVB IEC61966-2.1 ou AdobeRVB).

Dans Photoshop ou Lightroom, il suffit ensuite d’activer la visualisation en mode “épreuvage” en sélectionnant le bon profil ICC mis à disposition par Saal et en sélectionnant les options adaptées (compensation du point noir, simulation de la teinte du papier…) pour visualiser le rendu à l’impression.

Si comme moi vous êtes un peu maniaque sur la précision de vos réglages du point noir, de luminosité et de couleurs, attendez-vous à un petit instant de dépression lors de l’affichage du rendu ! 🙂 La simulation du rendu “papier” en particulier, contribue à éclaircir de manière notable le fond de ciel et à faire apparaître comme “grisé” ce qui était bien noir sur écran.

Il faut donc prévoir quelques minutes pour “retravailler” un peu chaque image et régler précisément le niveau du fond de ciel, le contraste et éventuellement les couleurs si celles-ci ont été affectés par les modifications précédentes.

Version calibrée originale / épreuvage écran non-modifiée / épreuvage écran optimisé pour impression

Veillez également à activer l’option “couleurs non-imprimables” sur votre logiciel, afin de visualiser si certaines zones posent problème. Cela sera surtout le cas pour les couleurs avec une saturation “boostée”, auquel cas une petite correction sélective ou localisée permettra de ramener les zones posant problème à un niveau correct sans altérer fondamentalement l’image de départ.

Profitez de cette étape pour recadrer, redimensionner et échantillonner vos images au format du produit que vous avez sélectionné et sur la base des indications de la page dédiée citée ci-dessus (attention à la résolution dpi en pixels/pouce, souvent par défaut à 70 et qu’il faudra passer à 300dpi, voire 600 dpi…).

Sauvegardez vos images en jpeg haute-résolution, en veillant à bien intégrer à celles-ci le profil colorimétrique ICC de votre espace de travail (sRGB, Adobe RGB…).

Cette étape préalable indispensable étant réalisée, passons à la réalisation du livre-photo ! 🙂

Logiciel de conception 5 out of 5 stars (5 / 5)

Premier bon point : la solution proposée par Saal pour la conception du produit est particulièrement simple et intuitive à utiliser.

Un logiciel dédié (à télécharger) permet de sélectionner le produit retenu (livre, calendrier, poster, tableau-photo, etc.), les dimensions, le type de papier, le nombre de pages, ainsi que de multiples éléments de personnalisation (matériau de couverture, type de reliure, coffrets, code-barre, etc.).

Plusieurs options de conception sont proposées, permettant de laisser le logiciel gérer plus ou moins automatiquement la mise en page des photos sélectionnées, sur la base d’un grand nombre de modèles prédéfinis.

Ces modèles sont surtout orientés pour des albums de famille ou de mariage (qui doivent représenter une part significative du chiffre d’affaires auprès des photographes au vu des images mises en avant), mais beaucoup moins pour l’astrophoto. Pour ma part j’ai donc choisi une mise en page entièrement manuelle, permettant de personnaliser totalement sa création.

A ce stade, le logiciel permet d’importer ses images (optimisées pour l’impression comme expliqué ci-dessus) et de procéder à la mise en page du produit.

Sur ce point, force est de constater que le logiciel est très bien conçu : la prise en main est rapide et très intuitive, et les outils de paramétrage de marges associés au “magnétisme” du positionnement des images permet de procéder à une mise en page très propre en quelques minutes seulement.

Il est également possible de modifier le nombre de pages en cours de création, ainsi que les différentes caractéristiques de l’album ; à noter que le prix s’actualise directement dans l’interface de conception, ce qui est assez pratique.

Au niveau de la mise en forme proprement dite, le logiciel dispose d’une multitude d’outils pratiques pour bien caler tous les éléments parfaitement : grille, magnétisme, indication des tailles et écarts des objets, etc.

Il est possible de personnaliser à peu près tout, moyennant les contraintes techniques liées aux bordures, marges et reliures : zones de textes, boites de remplissage ou d’objet pour donner des tailles prédéfinies aux images, couleurs d’arrière-plan, ombres, et de nombreux modèles de calques et de cliparts sont également proposés.

Il est possible également d’effectuer à la volée quelques modifications simples des images (rotation, cadrage, taille, orientation, etc.). Le logiciel vous indique à chaque niveau de zoom si la qualité d’image est très bonne, correcte ou insuffisante. Des filtres d’images sont également proposés, mais en dehors de très rares cas particuliers ils ne devraient pas être utiles pour l’astrophotographe…

En ce qui concerne le produit que j’ai sélectionné, la reliure des pages autorise une ouverture totalement à plat et sans marge, ce qui permet d’imprimer une image en très grand format, sur une double-page. Vérifiez toutefois bien que cette option est disponible sur votre produit au préalable.

Le logiciel vous alerte par ailleurs en cas de positionnement d’une image ou d’un élément à une distance trop proche de la ligne de coupe, afin d’éviter des “bords blancs” disgracieux sur l’ouvrage final. Sur ce point, il est recommandé soit de laisser une certaine marge, soit de laisser l’image déborder un peu plus franchement de la ligne de coupe.

A noter qu’il est possible d’utiliser ses propres polices de caractères, si vous ne trouvez pas votre bonheur parmi celles proposées par le logiciel. La sélection de base est assez variée, mais tout de même très orientée “mariages” ou “famille”. Attention toutefois à utiliser des polices de caractère compatibles avec un niveau d’impression qualitatif. Personnellement, j’ai utilisé des polices fournies avec le logiciel.

Précision importante : le logiciel propose une option “amélioration automatique” applicable de manière générale ou au cas par cas sur chacune des images. Cette option présente sans doute de l’intérêt pour les “photos de famille” ou les photos diurnes plus classiques, mais elle a proscrire absolument pour les photos astronomiques, qui plus est si vous vous êtes donné la peine de calibrer correctement vos images au préalable comme expliqué précédemment !

Cette option n’est pas activée par défaut, mais prenez garde à bien vérifier que vous ne l’avez pas cochée accidentellement lors de la création de votre album. Nous verrons par la suite les effets de cette option sur les images (spoiler : ce n’est pas bon !! 🙂 ).

Pour vérifier que le résultat final est satisfaisant, vous pouvez utiliser l’outil de prévisualisation, ou exporter votre projet en format PDF. A noter d’ailleurs que cet export constitue un très bon moyen de créer un ouvrage numérique à partager par la suite (un filigrane peut être inséré au besoin).

Expédition – livraison – emballage 4 out of 5 stars (4 / 5)

Evidemment, ces points sont loin d’être les plus importants ; et l’on s’attend de toute manière toujours à ce qu’il n’y ait aucun souci sur ces aspects matériels. Mais puisque le moindre souci à ce niveau peut vite devenir énervant, autant en dire quelques mots.

La fabrication des produits est réalisée en Allemagne, et l’expédition est assurée par DHL. Une livraison expresse est possible moyennant un léger surcoût. Ayant passé commande pendant les mesures de confinement et les soucis de livraison qui en découlent, je ne m’attendais pas à être livré avant plusieurs semaines ; mais j’ai eu l’excellente surprise d’être livré 5 jours à peine après avoir passé commande (WE compris…). Un très bon point donc, et j’imagine donc que la qualité logistique doit être du même niveau en des temps plus habituels…

Niveau emballage, on s’attend bien sûr à quelque chose de sérieux et qui protège efficacement le produit, en particulier lorsqu’on a opté pour une première de couverture en verre acrylique… 🙂

De manière globale, l’emballage est correct, avec toutefois un carton qui semble un peu trop mince et pas forcément très solide. Preuve en est, celui-ci est arrivé légèrement décollé sur un des bords, laissant apparaître la protection intérieure. Pas de casse cependant et aucun dommage à déplorer !

La protection intérieure est, quant à elle, bien faite et protège efficacement l’ouvrage.

La couverture en verre acrylique est spécialement protégée des rayures et autres petits tracas possibles lors du transport et du déballage par un film adhésif. Une fois celui-ci enlevé, la première de couverture se dévoile dans toute sa beauté ; et l’effet est assez bluffant !

Vérifions maintenant si la qualité du livre-photo est à la hauteur de la couverture !

Qualité du livre-photo

Qualité globale 5 out of 5 stars (5 / 5)

Au niveau de la couverture et de la reliure, l’ouvrage est bien conçu et semble de très bonne qualité. La robustesse s’apprécie cependant avec le temps, et il faudra donc attendre quelques temps et plus de manipulations pour avoir une certitude sur ce point.

Les premières et dernières pages sont collées sur la couverture ; ici en verre acrylique de 5mm pour la première de couverture, et en simili-cuir pour la reliure et la quatrième de couverture.

Les finitions sont très bien faites et les matériaux utilisés sont de bonne qualité. La couverture en verre acrylique donne une vraie sensation de profondeur et une grande luminosité à l’image.

A l’intérieur, c’est la même sensation de sérieux qui se dégage de l’ensemble, au fur et à mesure que l’on feuillette les pages… la précision de la coupe est parfaite et l’ouverture à plat est bien réelle, sans aucune démarcation notable ni défaut d’homogénéité dans l’impression.

La qualité du papier photo utilisé est vraiment très bonne, agréable au toucher et suffisamment lourd.

Dans mon cas le papier utilisé est du Fujifilm Crystal Archive DP II Professional en brillant (250 g/m²), mais d’autres papiers sont proposés selon les produits.

Le choix du papier photo brillant favorise évidemment la précision du rendu des détails ou l’éclat des couleurs, même si celui-ci a évidemment ses propres défauts : une plus grande sensibilité aux traces de doigts et des reflets qui peuvent être gênants en cas d’éclairage direct à proximité. Cela étant, que ce soit en lumière naturelle ou artificielle, dès lors que l’éclairage n’est pas direct, cette caractéristique ne m’a occasionné aucun désagrément.

L’ouverture à plat de l’ouvrage permet une mise en page assez diversifiée, en ne cantonnant pas la séparation des images à la séparation des pages elles-mêmes. Ainsi, j’ai opté dans certains cas pour une présentation de 3 images réparties dans des proportions égales, celle du centre étant à cheval sur les deux pages : cela n’altère en rien le rendu de cette dernière.

J’ai également tenté une image remplissant intégralement une double-page, et le rendu est dans ce cas particulièrement impressionnant, les bandes de poussières au sein de la nébuleuse de la Rosette s’étendant sur 80cm de long !

Mais passons au cœur du sujet : qu’en est-il du rendu des images ?

Ne faisons pas durer le suspens plus longtemps : à mon sens, le rendu est tout simplement magnifique ! 🙂

Contraste – Qualité des noirs 4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)

Naturellement, comparée à une image visualisée sur un écran d’ordinateur, une photographie imprimée ne permet pas le même niveau de contraste, en raison de l’absence de rétro-éclairage.

Toutefois, j’avoue avoir été impressionné par la profondeur des noirs obtenus sur les images, ce qui permet de conserver une impression générale de contraste assez saisissant ; certains objets semblant littéralement émerger du fond de ciel.

Les zones de transition entre le fond de ciel et les objets lumineux sont très bien gérées, et j’ai eu le plaisir de constater par exemple que les rendus que j’avais réussi à obtenir sur certaines images au niveau des halos de galaxies ou des faibles nébulosités étaient très fidèles à la version “écran”.

Plus subtil encore, l’IFN se détachant faiblement du fond de ciel sur certaines images, bien que ressortant de manière moins évidente que sur écran, est bel et bien présent.

Détails 4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)

Au niveau des détails, la qualité d’impression est là encore très concluante.

Que ce soit sur les étoiles, sur les subtilités dans les volutes des nébuleuses, dans les zones Ha dans les bras des galaxies, ou encore sur les images lunaires et planétaires, le piqué est dans tous les cas très convaincant.

Quelle que soit la taille de l’image, même sur des versions grand format de la Lune, aucune pixellisation n’est visible et les fins détails dans les cratères et sur le terminateur sont très bien retranscrits.

L’effet de “fourmillement” sur les images du Petit nuage de Magellan ou de M13, notamment, est particulièrement bien rendu, et il faut vraiment aller regarder très attentivement pour déceler un piqué très légèrement en retrait par rapport à la version “écran”.

Sur les textes également, même avec une police relativement petite, la précision et la lisibilité sont très bonnes.

Couleurs 5 out of 5 stars (5 / 5)

Dernier point, non des moindres – et peut-être celui sur lequel j’avais le plus d’appréhensions : le rendu des couleurs. Et là encore, c’est du tout bon ! N’y allons pas par quatre chemins : celui-ci est juste magnifique et totalement fidèle dans les moindres nuances au traitement original et au rendu sur écran.

Seule la saturation est très légèrement en retrait sur certaines images particulières, mais cela résulte des ajustements effectués pour corriger les couleurs “non imprimables” dans le process préalable.

Les dégradés de couleurs et les transitions dans les nébuleuses, que ce soit en version RGB ou SHO, sont absolument splendides.

Défauts constatés

Alors, est-ce un “sans faute” ? Pas totalement.

En effet, sur la centaine d’images, 3 ne sont pas fidèlement retranscrites et sont surexposées, faisant ainsi perdre de nombreux détails (dans les galaxies M51 et NGC 4565, et sur la nébuleuse du Croissant).

Après vérification, il s’avère que ces 3 images sont les seules pour lesquelles j’avais involontairement activé l’option “amélioration auto” dans le logiciel Saal lors de la conception…

Un peu rageant car ces ratés sont dus à une erreur de ma part (d’autant plus que l’info-bulle de cette option rappelle de ne pas l’activer en cas de traitement préalable de l’image !), mais tout de même rassurant dans la mesure où il suffit de veiller à laisser cette option désactivée pour s’assurer que le rendu des tirages soit correct.

A garder absolument en tête à l’avenir !

Verdict 5 out of 5 stars (5 / 5)

Le bilan final est très positif : que ce soit au niveau du contraste, des détails ou des couleurs, le rendu est parfaitement fidèle.

Mais, au-delà de ces points “techniques”, il y a également un aspect plus général et sans doute plus important encore : l’impression d’ensemble, qui est en quelque sorte la prise en compte simultanée et inconsciente de tous ces différents ressentis lors de la consultation de l’ouvrage.

Je dois avouer qu’en ce qui me concerne, cette impression générale est réellement enthousiasmante : l’ouvrage est d’une qualité globale remarquable et le rendu photo est tout simplement superlatif.

Il résulte de la consultation de l’ouvrage un vrai plaisir qui se renouvelle page après page : celui de “redécouvrir” ses images sous un nouveau jour. Impression paradoxale puisque, justement, le rendu est particulièrement fidèle à la version “écran” ; mais en quelque sorte “sublimé” par la dimension sensorielle supplémentaire apportée par le support papier.

Pour certaines de mes images, j’ai même l’impression que le rendu sur tirage papier est un cran au-dessus de l’image originale visualisée sur écran. C’est le cas par exemple de la nébuleuse de l’Iris, où le grain du papier apporte beaucoup de douceur à l’image, tant dans les dégradés de luminosités que dans les nuances de couleurs ; avec au final un rendu plus “doux”, lissé et agréable que la même image sur écran.

Par ailleurs, pouvoir consulter l’ouvrage “en famille” ou entre “amis” (après la fin du confinement…) apporte un plaisir bien réel.

Au final, je ne peux donc que vous recommander de tenter l’aventure, en particulier si vous avez la possibilité de profiter également d’un bon-cadeau sur un produit qui vous intéresse, afin de disposer chez vous d’un bel album qui mettra en valeur vos images pour un prix raisonnable au regard de la qualité globale.

Réagissez et partagez...

Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

Suivez également Photon Millenium dans d’autres univers ! 

D'autres articles...

image-capture
Le projet “Croix du Sud”

C’est avec joie que je partage avec vous cette image qui constitue à ce jour mon projet le plus ambitieux : une mosaïque de 25 images permettant une plongée dans la très riche et fascinante région de la Croix du Sud et de la nébuleuse de la Carène !

Lire »»
EnglishFrench